Waza wazi

Le centre d’art occupe une place particulière dans le paysage culturel de Lubumbashi en tant qu’unique espace indépendant. Ce statut est à la fois une responsabilité vis-à-vis des autres culturels de la ville et un défi pour le pérenniser. La meilleure manière de le relever est de d’ouvrir l’espace à des dynamiques qui partagent la vision du centre d’art et se l’approprie peu à peu. Elles pourront ainsi aider à son développement dans la durée.

La ressource que constitue le centre d’art est à comprendre au sens de son espace physique et de l’espace en ligne qu’il est en train de développer.

L’espace du centre d’Art Waza est constitué de 6 entités: le bureau, l’espace-projet, la bibliothèque, l’espace de résidence, le studio son/vidéo et le bar. Par le passé, toutes ces entités n’ont pas fonctionné en même temps faute de ressources. A partir de janvier 2016, il est prévu une mise en marche progressive de la bibliothèque, du bar et du studio audiovisuel sous la forme de collaboration avec des partenaires qui en ont l’expertise et pourront en assurer la viabilité, mais toujours sous la houlette du centre d’Art Waza.

L’idée est d’activer des espaces de travail et de convivialité qui permettent aussi à des discussions critiques de se dérouler, à des artistes de s’exprimer devant un public sans avoir besoin de passer par de long processus administratifs, et qui donne un minimum d’outils de production pour des projets plus ambitieux. La mise à disposition du studio à DJ Spilulu est une première étape de cette ouverture.

Une programmation mensuelle souple commencera à partir d’avril avec des causeries, des projections de films, les rencontres d’écrivains Libr’écrire et des scènes libres pour les artistes qui veulent s’exprimer.

L’espace en ligne, quant à lui, est destiné à des acteurs culturels qui ne résident pas forcément à Lubumbashi. Compte tenu de difficultés et des coûts liés à la mobilité des acteurs culturels, le centre d’Art Waza entend développer des ressources en ligne. Ce site comportera une bibliothèque virtuelle attachée pour les abonnées, ainsi qu’une lettre d’information qui rassemblera les nouvelles, les opportunités, mais aussi des mises à jour de la bibliothèque.

Ces outils se développeront sur le modèle du travail accompli pour le moment par VANSA. Les textes de base seront en langue française et couvrira le Congo et, dans une certaine mesure, l’Afrique francophone. Ils puiseront également dans les bases de données internationales telles que Contemporary And, e-flux, etc.